Un montant de réserves de changes de 8.700 milliards de dollars

Si les mauvais actifs qu’ils rejettent – par exemple, les subprimes qui ont entraîné la crise financière de 2008 – sont créés de toute façon, et imposés à des investisseurs moins éclairés, les financiers ne contribuent pas plus à la société que le seigneur qui installe une chaîne en travers d’une rivière.Un groupe bipartisan de membres des deux chambres a été constitué pour définir un budget de long terme.Enfin, notre système est inéquitable car il ne traite pas la question des gens qui se chauffent au fuel ou au bois.C’est plus que le montant total de l’aide envoyée à l’Afrique (56 milliards), ou même que les investissements directs à l’étranger (50 milliards).Aucune retombée positive sur la croissanceLes conditions prévalant aujourd’hui dans l’économie et sur les marchés financiers de l’Union rendent effectivement caduque cette baisse de 0.Si la sophistication et l’ingéniosité des administrations budgétaires et fiscales ont certes pour miroir celles des directions fiscales des entreprises (lorsqu’elles peuvent s’en doter) et des avocats ou autres experts fiscalistes, cet écheveau de prélèvements conduit à de grandes illusions pour la plupart des contribuables.Mais c’est d’abord l’Allemagne qu’il faut convaincre, cela implique que dans le domaine budgétaire l’acceptation d’une politique commune mise en œuvre de façon démocratique.Car la France se spécialise de plus en plus sur des activités dites peu qualifiées, et en tout cas à bas salaires.Et dans courage, il y a Cœur.L’application de l’antifragilité à « l’évolution, à la politique, à l’innovation dans les affaires, à la découverte scientifique, à l’économie, à l’éthique, à l’épistémologie et à la philosophie générale » offre la possibilité de jeter un regard différent sur le monde. Les héros de film ne sont plus tragiques ou stoïques, ils évoluent plutôt sur un registre intimiste, à la recherche du bonheur », souligne Arnaud de Lummen.Pire : l’approche traditionnelle du changement se focalise sur les problèmes à résoudre, réduisant du même coup le champ des perspectives aux erreurs survenues dans le passé.D’un côté, la réglementation se fait de plus en plus contraignante, avec la mise en place de la réforme Bâle III, dont la mise en œuvre vient gonfler les coûts et réduire les marges de manœuvre.En cessant de prendre le bonheur pour une finalité et un « mieux que la morosité », en étant dans l’action, juste pour le désir et le sens, nous pouvons nous centrer sur les démarches.Demain, de nouveaux modèles d’affaires autour de la voiture connectée ?

Une des enjeux majeurs des constructeurs automobiles est qu’ils perdent de facto le contact direct et personnalisé avec leurs clients après l’achat et jusqu’à l’intention d’achat suivante.

Publicités