Reste à définir des priorités.

Punir les entreprises qui choisissent un prestataire non recommandé ?Mais une telle tactique a ses limites, car si les déposants doivent payer, il arrive un moment où il est préférable pour eux d’acheter un coffre pour y placer leur argent.De plus, on continue d’opposer les hôpitaux publics et privés, alors que la vraie question est celle de la contribution des uns ou des autres au niveau de santé publique : pour la formation, la recherche et les cas complexes, le public sera difficile à battre, et il doit être rémunéré correctement.Dans un tel cas de figure, toute récession serait très rapidement jugulée par une relance de la consommation et de l’investissement de la part de citoyens qui seraient dès lors confrontés à deux choix : payer une taxe sur leur compte bancaire ou dépenser leurs espèces menacées d’être disqualifiées !La réduction des inégalités exigera un certain nombre de solutions globales à long terme, telles qu’une réforme des politiques budgétaires en faveur de l’investissement public dans la santé et l’éducation, sans pour autant ajouter à l’effet dissuasif d’un code de la fiscalité d’ores et déjà caractérisé par sa lourdeur.Pour la France, la dette souveraine est une vulnérabilité stratégique.TOUT devant être pris en charge (quasi gratuitement, en tout cas de façon indolore) du domicile jusqu’au post-hospitalier en passant par les soins proprement dits, de la naissance jusqu’à la mort (ainsi, plus personne ne décède à domicile).« Les plus grandes découvertes ont été faites par des bricoleurs », souligne Arnaud de Lummen.De la présence massive et déterminée de ses Land à Bruxelles, en passant par sa capacité à déterminer une position allemande sur quasiment tous les sujets en débat, l’énergie déployée à occuper tous les espaces disponibles au coeur des institutions, jusqu’à l’appel de la Chancelière à plus d’intégration politique, l’Allemagne pense l’Europe comme une affaire allemande.La première condition de la crédibilité, c’est la prise en compte du caractère destructif de toute réforme structurelle : il faut expliquer à nos compatriotes que sauf environnement international très favorable, peu probable actuellement, les réformes économiques engagées par le gouvernement vont dans le court terme accélérer le déclin de notre pays.C’est un modèle d’avenir, car il garantit le développement.En France, en Italie, les fermetures d’entreprises créent de grandes zones de désespoir.Mais, si l’on ne raisonne plus « toutes choses égales par ailleurs », il est possible de montrer que les conclusions relatives au bénéfice du SMIC fédéral sont discutables à plus d’un titre lorsque l’on considère plusieurs dimensions en même temps.Mais on s’attendait tout de même à ce que les performances économiques des pays en développement divergent de celles des pays développés: les pays émergents devaient contribuer à relancer la production mondiale en trouvant de nouvelles sources autonomes de croissance.

Publicités