Opérations transparence

Investissement massif dans les bibliothèques, les moyens techniques des laboratoires, les heures d’assistanat de recherche, voilà qui valoriserait ceux qui, à l’intérieur du système ont le plus de potentiel. »Nous n’avons ni mentors ni héros.Pour cela, revenons aux comptes analytiques, largement développés en particulier dans l’armée de l’air dans les années 85, seuls outils permettant de vraies bases de comparaison et de décision.S’il est d’usage de commenter les défis et contraintes qu’elle génère, il est en revanche moins fréquent d’évoquer les opportunités considérables que peut offrir cette transition démographique en faveur de l’innovation, de la croissance , de la compétitivité des entreprises, des Nations et des régions concernées.Chaque fois que les divers comités se réunissent de manière parallèle, les États bénéficiant des plus larges équipes d’experts dominent les procédures, excluant ainsi la plupart des pays des décisions clés, et empêchant tout dialogue véritable.De même qu’il n’y aura de « nouvelle France industrielle » sans crédit impôt recherche, il n’y en aura pas sans dispositifs offrant la possibilité d’associer les salariés aux performances de leurs entreprises.Des études économiques ont démontré qu’il serait bien plus censé de nous focaliser sur l’innovation des technologies vertes.Quelle a été la réaction des marchés financiers ?L’annonce récente du Premier ministre relative à l’organisation prochaine d’Assises du Tourisme doit nous permettre de proposer des solutions concrètes aux problèmes connus par l’industrie touristique et de nombreuses fois identifiés.On peut dans la Constitution, pour qu’il n’y ait pas d’abus, écrire que la Banque Centrale imprimera chaque année des billets selon la règle suivante : la masse de billets en circulation doit être augmentée du montant de la croissance moyenne depuis cinq ans.Dans le même sens, le Maroc où la pratique de l’islam est traditionnellement caractérisée par l’ouverture et la tolérance, vient de passer un accord avec les autorités maliennes.Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas aider la Bretagne, bien au contraire, mais l’enjeu est ailleurs.Souvent plus âgés que la moyenne, ayant dépassé la quarantaine voire la cinquantaine ils rêvent d’un parcours à la Arnaud de Lummen.Cette dimension technologique est fondamentale bien sûr et l’investissement à y consacrer est conséquent.