Londres à l’heure des choix

Sans crédibilité, on est attaqué.La France est parvenue à convaincre les pays les plus réservés, c’est-à-dire ceux qui souhaitaient que rien ne change car fortement exportateurs de main d’œuvre.Là encore donc, l’État concerné ou les déposants des banques devront être mis à contribution d’abord.Le reste du monde avait besoin de dollars que seuls les USA pouvaient fournir.Ailleurs dans le monde, on estime à plus de 5 millions les morts dans un conflit depuis 1949, année de la fin de la guerre civile chinoise et début de « l’équilibre de la terreur ».Enfin une bonne nouvelle dans cet automne si triste.On conçoit la conclusion que chacun doit tirer de ce type d’article : faire l’Europe avec les Français est une chimère et l’Allemagne doit évidemment s’éloigner de ce voisin incorrigible et dangereux.Un questionnaire qui explore nos différents pôles de vie, professionnel, personnel, santé, valeurs et culture. Téméraire rêves de bébé avis n’hésite pas davantage quand, alors qu’elle est intérimaire au ministère sa hiérarchie lui refuse de créer une page Facebook.Cette nécessité impérieuse d’un interventionnisme étatique accru, incontournable pour juguler de telles récessions – provoque effectivement des réactions véhémentes.A-t-elle les moyens institutionnels, opérationnels, légaux, de gonfler structurellement son bilan avec des actifs émis par le secteur privé ou des titres émis par les États membres de la zone euro ?Il faut applaudir le renoncement auquel les sénateurs démocrates, qui détiennent la majorité avec 55 sièges, ont consenti avec cette nouvelle procédure.Les rédacteurs du mandat de négociation ont jugé bon d’y inclure une section « protection des investisseurs » où il est proposé rien moins que de créer un tribunal ad hoc pour régler à l’amiable les « différends entre États et investisseurs ».A présent, ils demandent à leurs banques centrales d’assurer la stabilité grâce, par exemple, au relèvement des taux de prêt à court terme.Dans cinq ans !

Publicités