L’Europe, la burqa et la crise

En révélant au monde l’incapacité de la France à retenir ses talents assommés d’impôts en tous genres, l’affaire du « minable Depardieu » nous a fait perdre des années d’effort pour séduire et attirer les meilleurs de la planète.Heureusement aussi, ces désaccords budgétaires finissent toujours par se résoudre.Celui des « entreprises libérées » qui connaissent par l’autonomie de leurs salariés des croissances à deux chiffres.Le problème, c’est que ces contraintes viennent peser sur les montants réellement disponibles pour la santé : d’une certaine façon, trop de politique dans la santé publique nuit à la politique de santé publique !Ne nous étonnons donc pas de l’hyper politisation actuelle de nos banques centrales et de leurs décisions qui suscitent de violentes controverses ou, à tout le moins, un intérêt grandissant parmi un grand public désormais familier de leur jargon technique.La transition énergétique fera immanquablement des perdants et c’est sur eux que devrait se concentrer la dépense publique.D’ordinaire, fragilité est opposée à robustesse.Nous proposons un FONDS D’INVESTISSEMENT en éducation qui pourrait être fondé en coopération avec le PME et les principaux FONDS D’INVESTISSEMENTinternationaux, qui serait capitalisé en partie par les revenus d’une taxe sur les transactions financières (TTF), comme celle proposée par l’Union européenne.Des qualifications nouvelles, comme l’analyse des données de santé, ou la gestion efficace des processus, doivent être développées et reconnues – à l’intérieur ou en dehors des corps existant !En ce sens, la crise aurait dû nous servir de signal d’alarme et stimuler le secteur financier, les décideurs et les organisations multilatérales à prendre des mesures pour améliorer la stabilité systémique. Antonio Fiori s’est ainsi appuyé sur des données scientifiques, les recherches en intelligence émotionnelle et en neurosciences sur la compassion.Le doute est l’idée force qui sous-tend de part en part toute la démonstration de Keynes.Il est aujourd’hui fait pression sur la France, toujours trop lente, dit-on, dans des réformes dont on ne dit pas facilement qu’elles sont pour l’essentiel une réduction du coût du travail.Sur ce point, le travail des parlementaires a été déterminant.Les cartes digitales permettent aux différents agents d’avoir littéralement un terrain de RENCONTRE virtuel de la même manière qu’une place publique est un espace où les gens se trouvent.

Publicités