Les utilities carburent au nucléaire allemand

Les soldes des comptes courants du monde doivent en fin de compte présenter une somme nulle.Les conditions anxiogènes du CICECar pour décaler l’effet budgétaire de cette mesure, donc son impact sur les ménages pour la financer (dont la hausse de la TVA), et ne pas s’attirer les foudres de Bruxelles sur ses conséquences pour le déficit, il a été choisi ce mécanisme peu lisible du crédit d’impôt, imputable l’année suivante sur l’IS ou récupérable dans les trois ans.Il n’est pas question dans la presse allemande de « grenouilles.Ne prévoir qu’un seul mouvement ne suffit pas ; les pièces ont des fonctions différentes comme les composantes d’une prospective intégrée; il faut explorer un maximum de variantes sur plusieurs coups successifs, afin de prendre la bonne décision dans l’instant.A la fin de l’année, Antonio Fiori décide de tourner la page, devenu trop orienté sur les outils à son goût.En conséquence, les objectifs en matière de réduction des déficits sont très loin d’être atteints, tant et si bien qu’une intensification de l’austérité est exigée par les responsables politico-économiques.Depuis, en revanche, l’exercice de la gouvernance globale s’est peu à peu complexifié, entravant le progrès dans un certain nombre de domaines constitutifs de préoccupations mondiales.Alors que l’une considère ces derniers comme majoritairement rationnels (même s’ils ne peuvent tirer profit d’une quelconque prévision de prix), l’autre admet la présence sur les marchés d’un grand nombre d’investisseurs irrationnels agissant simultanément et engendrant d’importantes anomalies de valorisation (sur ou sous-évaluation des prix de marché eu égard aux fondamentaux).Être leader mondial suppose de concevoir et connecter entre elles les structures de l’économie mondiale au sein desquelles les États et les marchés opèrent – ce que les USA font depuis près de 70 ans.Les gars étaient logés dans des baraques de chantier où ils n’avaient qu’un seul lit pour trois.La priorité des priorités – qui est d’éviter que le contribuable fasse toujours les frais des crises financières – serait donc atteinte en forçant les Etats – c’est-à-dire nous ! – à contracter de nouveaux emprunts pour sauver les banques…

L’Allemagne continue d’imposer le chacun pour soi

Union bancaire de toutes les ambiguïtés et de tous les non-dits car, à des années lumière du mécanisme automatisé de transferts en vigueur aux Etats-Unis par exemple, l’Allemagne continue d’imposer le chacun pour soi dont on sait pertinemment bien qu’il exacerbe la vulnérabilité des banques fragiles de l’UnLes Etats-Unis, refusant de trop grandes concessions, ont finalement obtenu que l’Inde accepte une solution transitoire, nommée « clause de paix », encadrée par de nombreuses conditions.Quant aux loisirs actifs, ils subissent le syndrome de maximisation du temps alloué et du profit recherché pour caser le plus d’activités possibles et de ce fait, ne fournissent pas le plaisir escompté. Ainsi prend-on pour une idée convenue que le temps de travail est moins générateur de bien-être que le temps de loisir.Elles ne résolvent pas tout, entraînent plein de conséquences inattendues (souvent désagréables) et n’entraînent pas la disparition des conflits et des injustices.Et si le rôle de l’Etat est plus important en France qu’en Allemagne, ce n’est pas par « socialisme », mais parce que l’Allemagne attribue à des secteurs quasi-associatifs, notamment religieux, un rôle social plus important qu’en France.

Publicités