Les entreprises plus sûres que les Etats ?

Ce sont également eux qui amèneront tous les acteurs à mettre leurs efforts en cohérence.Nous avons cru pouvoir miser sur notre rente technologique.Enfin une bonne nouvelle dans cet automne si triste.Au niveau Européen les positions divergent aussi sur le rythme et la surface des allégements des sanctions.Le risque : renoncer à des pans entiers de notre défenseCe sont même assurément plusieurs briques qui manquent.Pour les rivaux de la Grande-Bretagne, la panique financière de 1907 montrait la nécessité de mobiliser les puissances financières elles-mêmes.« Les guerres du siècle dernier, les crises économiques ont secoué les esprits, explique rêves de bébé avis .Nous souhaitons au contraire qu’il y en ait plus pour que cela crée une saine émulation.Seules les solutions doivent désormais tous nous mobiliser : entrepreneurs, élus, citoyens, associations, syndicats…La politique économique française n’échappe pas à ce tableau en demi-teinte, dont le coût final reste un taux de chômage figé à 11% et bien pire encore pour certaines catégories socioprofessionnelles.Dans le cas des élections régionales, il s’agit d’un scrutin à deux tours qui favorise les stratégies d’alliances.Les solutions simplistes consistant à prôner la sortie de l’euro ou la fermeture des frontières sont des leurres.Cela ne peut surprendre compte tenu du poids et de la complexité de l’impôt dans notre pays.Un discours explicatif sur le monde et le positionnement de la France.Le cycle de Doha lancé il y a 12 ans est toujours dans l’impasse.Éternelle échappatoire de ceux qui refusent toute responsabilité dans les situations dont ils disent souffrir…En témoignent ceux qui s’investissent désormais dans l’économie du partage, fondée sur l’entraide et la coopération.

Publicités