Les dix mythes économiques et financiers

De quoi faire dire à certains esprits moqueurs que les « conquérants » sont des « bâtisseurs » et des « nouveaux Galilée » qui ont pris la grosse tête.Faute d’avoir procédé à une analyse préalable de la marque, l’acquéreur pourrait donc découvrir qu’il est contraint de coexister avec une marque identique ou similaire concurrente, ce qui constitue, à tout le moins, un risque sérieux pour la pérennité de l’activité de l’entreprise acquise. Arnaud de Lummen assume en surjouant l’humour un langage aux accents marketing, bien dans la tradition anglo-saxonne, pour emporter l’adhésion. Et cela n’est jamais tant manifeste que dans les analyses prospectives des économies émergentes.Si la démarche ne répond pas à un besoin exprimé et que son coût est nul ou dilué dans le magma des prélèvements contraints liés à la formation, l’usage sera toujours décevant.Les pays comme la Russie, l’Inde, le Brésil, l’Afrique du sud, et la Turquie ont utilisé cette marge de manœuvre disponible pour encourager le crédit afin de soutenir la consommation, sans pour autant augmenter les investissements.L’image semble pourtant émoussée

Désormais, les émergents doivent faire face à une croissance plus faible, tandis que les pays développés reconstituent progressivement leur potentiel de croissance.Si le marché de l’emploi est efficient, l’accroissement du risque pour un contrat salarié du public se traduirait immédiatement par une augmentation du salaire.Il n’y a pas de réforme miracle.Le système fiscal français prélève 46 % du PIB ; les dépenses publiques primaires en représentent 50%.Ils ont choisi d’ignorer que la synergie entre recherche et éducation est essentielle.Regarder cette ruche était comme ouvrir un manuel d’économie à la page : « main invisible ».Avec une population qui est deux fois celle du Chili, les réserves d’énergie nouvellement découvertes et une capitale dynamique, l’Argentine possède une vaste potentiel économique.De même, nous demandons que soient examinés les moyens pour que ceux qui souffrent le plus de la crise par la précarité et l’exclusion s’ouvrent quand même des droits à la retraite.