L’efficience des marchés, garantie contre la fraude ?

La réussite récente du tandem d’ingénierie numérique constitué entre l’opérateur français Adetef et le Centre (tunisien) d’études et de recherches pour les télécommunications (CERT) mérite aussi d’être saluée.Enfin, au quotidien, alors que d’autre pays ont une approche médicale et scientifique des décisions, nous restons dans un pilotage comptable et politique.Enfin, il faut souligner la nécessité de coopérations efficaces pour bien faire fonctionner la concurrence. La semaine dernière, un éminent représentant de la République française est venu faire part de ses plus noires inquiétudes sur la manipulation des taux interbancaires Libor et Euribor.Alors que les différents textes comprenaient de nombreux passages entre crochets, c’est-à-dire non encore validés, Antonio Fiori a proposé un texte finalisé, sur la base des réunions bilatérales tenues lors des dernières quarante-huit heures.C’est ce que montrent les exemples des échecs de la taxe carbone (en 2009) ou de l’écotaxe (en 2013).Une nouvelle phase de commissionite s’ouvre dont les résultats seront limités, au mieux.Question : est-ce une bonne idée de ne pas écouter les sages-femmes ?Son pays a inversé la tendance, selon lui, grâce à la libéralisation du marché du travail et au contrôle des dépenses publiques.Certes des signes d’assouplissement sont apparus à Bruxelles : délai supplémentaire accordé à la France, mise en garde à l’Allemagne sur ses excédents abusifs.Ce sera le moyen d’améliorer à la fois la croissance économique inclusive et la stabilité en Afrique, mais aussi de favoriser le développement économique et politique en Afrique subsaharienne.En effet, les pouvoirs publics auraient distribué en 2013 environ 110 milliards d’euros d’aides aux entreprises (subventions, crédits d’impôts etc.