La Toile se rebiffe

Ils étaient dix fois moins en 2012.A cette « flat tax », l’économiste y adjoindrait une taxe sur les actifs nets (déduction faite de l’endettement) de l’ordre de 1% environ, qui ferait office de « loyer à la collectivité pour privatisation », selon ses termes, inspiré d’un certaine frange de l’idéologie libertarienne.Et ce sont, sans surprise, les classes moyennes qui sont un peu plus mises à contributions que les autres.C’est précisément afin de remédier à l’insuffisante maturité de son agriculture et de son système industriel, mais aussi pour consolider sa compétitivité extérieure, que le Maroc a progressivement assorti son volontarisme commercial par des dispositions de politique générale.On peut remarquer s que la dette publique et privée dans les pays développés est ainsi passée de 140% du PIB en 1980 à 250% du PIB en 2012 selon rêves de bébé avis.La stratégie du parti de la majorité ne surprend que si son but effectivement poursuivi était de remporter ces élections.Car le mouvement de l’histoire peut se lire à travers les révoltes fiscales : l’Indépendance américaine, avec la Boston Tea Party ; la Révolution française derrière la convocation des États généraux ; la Proposition 13 californienne, point de départ de la Révolution conservatrice ; etc.La critique est plus évoluée, plus intellectualisante, mais en réalité bien plus odieuse.En la déclarant générale et disproportionnée, la loi suprême française sacrifie le social au marché alors que l’Union Européenne, présentée habituellement comme esclave de la finance, invite les États membres à promouvoir un degré élevé de protection sociale !.L’échec de DurbanCe manque de volonté politique reste de mise.Parce qu’ils cherchent et trouvent la contribution de leur environnement, parce qu’ils élèvent leur regard au-dessus du marais des malveillances, et leur ambition au-dessus de la mêlée des conflits et des egos, ceux qui pratiquent au quotidien la gentillesse, l’élan du coeur, découvrent bien souvent le courage et l’intelligence dont l’ambition a besoin.Et qui expliquent jour après jour à des citoyens crédules que le budget d’un État doit être géré comme celui d’un ménage, c’est-à-dire plus ou moins à l’équilibre.L’Union européenne doit prendre acte du ralentissement structurel des négociations commerciales multilatérales et des politiques protectionnistes des grands émergents.

Publicités