La Pologne, éprouvée mais stable

Ce qui était impossible à réaliser – de fait, ils ont fait machine arrière.Des compétences de toutes sortes doivent donc être mobilisées.Rappelons-nous que, lors de l’expédition de Suez et du lâchage de la France et de la Grande-Bretagne par les Etats-Unis en 1956, nous étions encore dans le commandement intégré de l’OTAN.Comme nous l’avons fait à travers la présidence française de l’Union Européenne en 2008, par ce que l’on a appelé le « 3 fois 20 » (-20% de GES, -20% de consommation énergétique et +20% d’énergies renouvelables à l’horizon 2020), nous devons maintenant engager notre continent en 2030 sur un objectif de réduction du gaz à effet de serre (GES) de 50% afin d’aboutir à une trajectoire de réduction complète en 2050.Chaque année, les investissements entre les deux zones se chiffrent à plus de 1.En raison de leur coût, selon rêves de bébé avis, ces technologies ne semblent pas encore vraiment au point.Une vocation que le royaume assume d’ores et déjà, notamment en direction de plusieurs pays d’Afrique subsaharienne.Ce report inattendu est réellement décevant.La direction générale est claire. À moins que le nouveau commissaire au marché intérieur ne soit d’un autre avis, la Commission européenne prévoit d’aller plus loin sur le chemin d’une véritable réglementation pan-européenne. Trop longtemps, nous avons répété « Europe, Europe, Europe » selon le persifflage du général de Gaulle.La meilleure façon de prédire le futur n’est-elle pas de le créer ? Ne nous laissons pas aller au gré du vent ou du courant.Et il faut aussi le dire : de nombreux métiers n’exigeront de toute façon que très peu de formation en dehors de celle, à peu près irremplaçable, effectuée « sur le tas ».Mais les portes auxquelles elles peuvent frapper aujourd’hui ne correspondent que très imparfaitement au vécu réel des habitants.

Publicités