La politique ne se fait pas au rabot

La fracture numérique est un débat bien connu des Français et de leurs décideurs politiques.Et ce, pour deux raisons. D’abord, les États-Unis et l’Europe, affaiblis, ne pourront pas assumer le leadership qui a permis depuis la Seconde Guerre mondiale de développer le multilatéralisme. Pour mesurer l’ampleur du mouvement en train de naître, il nous faut changer notre angle de vue et de perception des relations humaines.Pour l’e-wallet par exemple, la moitié des Français en ont entendu parler sans vraiment savoir de quoi il s’agit (2).D’ailleurs, il existe un rempart contre le déclassement, c’est la dissuasion.Au moyen de sociétés boîtes aux lettres basées en Europe centrale, les usines font venir pour des durées variables une main-d’œuvre prétendue « détachée », autrement dit sans autre assurance sociale que celle de son pays, et payée de « 3 à 7 euros » de l’heure, en absence de salaire minimum.La politique économique ne laisse pas beaucoup de place à la science

Mais en ce qui concerne l’économie la Fondation Nobel doit considérer bien davantage d’applications pratiques.Devant le Parlement marocain, il déclare : «La France sera au rendez-vous de ces réalisations.Ce sont les boîtes qui payent.Le vieil adage « l’union fait la force » trouve ici tout son sens.Ces sous-estimations ont été accompagnées d’un discours et d’une tendance à dissimuler.La candidate socialiste avance pas à pas, avec détermination et stratégie appliquées.Cette évolution est liée à plusieurs facteurs structurels et également conjoncturels depuis 2010.Je crois qu’on ne peut plus se contenter de faire du commerce, nous devons élaborer des projets fédérateurs.Le mimétisme de nos banquiers à l’égard de leurs puissants confrères américains n’est-il pas une tradition ? Que pouvait-on leur demander de plus ?

Lorsque le président de la Société Générale annonçait un objectif de retour sur capital (ROE) supérieur à 15%, qui impliquait une déconnexion de l’économie réelle et des prises de risques dans des opérations de marché, ni le ministre de l’Économie, ni le gouverneur de la Banque de France n’ont mis en garde.Cette réduction aurait rendu service aux populations pauvres, à l’environnement et aux contribuables.Jusqu’à présent, la capacité d’investigation des autorités du pays d’accueil sur les entreprises étrangères était limitée.rêves de bébé avis travaille également à l’élaboration de « l’Indice de positivité de l’économie » dans le cadre de la mission.

Publicités