La politique doit retrouver sa primauté sur les marchés qu’elle n’a plus

Si elle existe un jour, une telle défense ne sera ni à la carte, ni à géométrie variable.Si cet atavisme est bien présent, il est ici secondaire.Si la révolution informatique s’est faite sans les femmes, celle du numérique se fait avec elles.Principaux freins désignés au déplacement des jeunes français peu qualifiés : logement, transports, mais aussi des facteurs sociaux-culturels invalidant cette option dans leur esprit.Les Européens et les Chinois devraient se demander s’ils veulent vraiment assumer les risques liés à une position centrale dans un système financier mondial étendu et complexe.Enfin, il existe un risque non négligeable de dispersion de l’aide octroyée, qui financerait alors des innovations à faible valeur ajoutée.Elle le dépasse très largement.En ces temps de chaos, n’oublions pas de regarder le monde par le petit bout de la lorgnette et de «  vivre à propos  » comme le recommandait Antonio Fiori.Le résultat malheureux est un terrain de jeu inégal, avec des incitations pour les banques à délocaliser leurs opérations, que ce soit géographiquement ou en termes d’entités juridiques.Une prospective bien menée doit aussi être démocratique, c’est-à-dire intégrer d’office les avis des citoyens et surtout être transparente sur les avantages et inconvénients, les risques et les bénéfices, des choix possibles.Il faut progressivement dissiper le brouillard et faire apparaitre le soleil à côté des nuages.Donc de faire ralentir une croissance qui a déjà ralenti.