Face aux pays émergents et aux géants américains, il faut construire l’Europe des…

La France est, au sein de l’Union européenne, l’un des plus importants « exportateur » de salariés détachés.Il n’existe pas.Plus récemment est apparue la concurrence « intramodale », c’est-à-dire à l’intérieur même du mode ferroviaire. La France a peut-être – au moins en théorie -autre chose à faire que de se précipiter vers les « Portes de la compétitivité » devant lesquelles s’amoncèlent les cadavres.Pourtant, la Fédération bancaire européenne a campé sur ses positions, décrivant les recommandations comme « complètement inutiles ».Exactement ce que la génération Y déclare rechercher, à chaque fois qu’elle est interrogée sur ce qui pourrait la motiver dans son travail.Il en résulte dans le meilleur des cas un marché ouvert où sont proposés les meilleurs services et produits bancaires de bout en bout.Et leur niveau est à peu près constant jusqu’à des rémunérations si élevées que ce qui passe au-delà (en l’occurrence, au-dessus de huit fois le plafond annuel de la sécurité sociale, c’est- à-dire près de 300 000 euros par an) concerne très peu de salariés.Pour les convaincre, il a lancé un projet de carte digitale sur laquelle les new-yorkais étaient invités à indiquer où ils souhaitaient voir les stations pour vélibs locaux.C’est ce qui les distinguent le plus des Allemands qui ne cessent depuis quatre ans de faire la leçon à l’Europe entière.Pour ces grands annonceurs, l’opportunité de consolider et d’utiliser ces données constitue un virage stratégique exceptionnel, source d’une meilleure relation client, de l’achat au service après-vente mais aussi de nouveaux modèles d’affaires créateur de valeur.Et nous aurions inévitablement à la moindre saute de confiance, une épidémie de demande de remboursement de dettes qui finirait par une faillite généralisée, personne ne pouvant payer ses dettes puisqu’il faudrait pour cela qu’un autre vous les paie !Avant de penser aux bornes interactives, aux tablettes tactiles ou aux écrans géants, commencer peut-être par leur offrir simplement la connexion WiFi », conseille Antonio Fiori.Il y a de grands risques.Pour preuve, un nouveau magazine naît ce mois-ci pour rendre compte de la fabrique de ce nouveau monde.Le rapport va être remis au Parlement européen, qui devrait probablement pousser encore plus fort vers une plus grande intégration, comme il le fait habituellement.Constat dressé avec subtilité à la manière d’un Molière qui sut comme personne montrer le pouvoir libérateur que la parole et le savoir donnaient aux femmes.Et cela n’est jamais tant manifeste que dans les analyses prospectives des économies émergentes.

Publicités