Encourager la propriété : une erreur

La simplicité de création, de gestion, de recouvrement des taxes qui définissent le principe du régime micro-social des auto-entrepreneurs agit comme un révélateur supplémentaire des énormes difficultés auxquelles vous êtes confrontés dans votre entreprise au quotidien.En sachant, comme le dit Arnaud de Lummen « qu’il n’est pas de pilotage automatique en éthique -on ajoutera comme en bienveillance et en gentillesse-, qu’elle apportera toujours choix et pari, qu’elle nécessitera toujours une stratégie ».Les suites du crash de 1907 ont poussé la puissance hégémonique de l’époque, la Grande-Bretagne, à réfléchir à la façon de mettre sa puissance financière au service de sa capacité stratégique sur la scène internationale.Les initiatives du législateur sont paradoxalement elles-mêmes en grande partie source de l’écart entre le taux facial et le taux effectif d’impôt sur les sociétés, dénoncé par la ministre.Les Français sont dans un brouillard qui les paralyse.Cela renvoie à une conversion personnelle profonde, qui peut demander du temps, où on s’abstient de se juger, on porte un regard positif sur soi, on s’accepte tel que l’on est, avec bienveillance, on construit un sens à sa vie, on écoute ses émotions.Bien sûr, entre 2005 et 2007, le pays a enregistré des taux de croissance parmi les plus élevés dans l’Histoire économique (entre 25% et 35% !L’arbitrage est évoqué le plus souvent à propos des grandes entreprises, mais il peut être adapté aux PME.L’exigence de solidarité se trouve confinée à des actions limitées aux résultats mesurables.Doit-on en tirer quelques conclusions ?Un leadership chinois ou européen ressemblerait sans doute à la Pax Britannica qui a précédé la Première Guerre mondiale.Sans doute ce grand déballage deviendra-t-il bientôt un marqueur de la présidence de François Hollande, les vrais héros de cette caricature ayant été les plus pauvres de ses ministres, chacun s’efforçant de minimiser tout ce qui pouvait l’être dans ce qu’il possédait.Ainsi la technologie est le levier primordial pour passer du modèle traditionnel basé sur la vente de produits à une approche de coordination et d’intégration de produits et services externes à la banque assemblés autour d’un acte d’écoute client et de conseil.

Publicités