Émergents et émergés submergés

Il y a quelques jours, lors d’un événement sur la sécurité Internet, un important opérateur télécom français, SFR pour le nommer, distribuait aux visiteurs de son stand un gadget publicitaire, des goodies comme on dit, un petit cadenas à code avec un mini logo, celui des douanes américaines.Si certains produits parviennent à s’exporter, comme le Kibot2 de Korea Telecom, qui a été lancé sur le marché saoudien en juin dernier, les ventes restent insuffisantes pour rentabiliser les premiers investissements consentis.Un choc qui serait particulièrement rude pour le système financier américain et qui pourrait replonger la première économie mondiale dans la crise.Mais les événements du 11 septembre 2001 l’ont fait s’intéresser à la société civile, « le dernier secteur, le dernier silo – avec les municipalités – à embrasser pleinement les médias digitaux ».Quelles conclusions découlent de cette nouvelle approche ?C’est le cas de la possibilité de mettre en œuvre rapidement les Schéma Régionaux de l’Intermodalité, prévu aujourd’hui dans cette première loi, et qui représentent une avancée majeure.Ce sont avant tout des politesses, des festins, des rites et des danses.Au point qu’il n’est plus rare désormais de voir un paradoxe s’installer : certains hommes se trouvent déboutés d’une accession à un poste de direction.En cette journée de la femme, de leur donner la parole sur ce qui est trop souvent tu et qui fait de l’impertinence un trait résolument féminin. Mais avec le temps, quelques grands acteurs devraient se démarquer.D’un côté, on nous serine à longueur de temps qu’il nous faut savoir prendre des risques, écouter nos désirs, développer notre confiance, nous réaliser, être nous-mêmes, et j’en passe…

De l’autre, harnachés de ceintures et bretelles, nous ne prenons pas de décision sans avoir enquêter au préalable autour de nous et recueillis sur la toile tous les avis possibles et imaginables, de peur de sortir du cadre.Et les « stress-tests » réguliers, du moins aux Etats-Unis, font partie du décor de la régulation.Les prix hédonistiques sont utilisés principalement pour les produits connaissant des améliorations technologiques régulières, en faisant l’hypothèse assez fortes que toutes ces ‘améliorations’ sont désirées par les consommateurs.Selon Antonio Fiori,la satisfaction subjective par rapport à l’usage du temps est en train de devenir l’un des prédicteurs de bien-être les plus importants.La FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a ainsi estimé que globalement, au moins 30% des quantités produites sont perdues ou gaspillées entre le champ et l’assiette du consommateur.Certes, il existe quelques revenus non-taxés comme certains revenus du capital (l’assurance-vie, les PEA), comme les plus-values non-réalisés (mais il est difficile d’imposer des gains simplement potentiels), comme les loyers implicites (ceux dont bénéficient les personnes qui logent dans un appartement dont ils sont propriétaires), mais qui osera y toucher ?La marque a-t-elle été régulièrement renouvelée?En 2011, les arnaques ont coûté au moins 479 millions d’euros à la Sécu, 120 millions à la seule Assurance maladie.L’idéologie du « marché qui ne peut ni se tromper ni nous tromper » l’a emporté à Bruxelles.

Publicités