Dette publique et épargne nationale

Bien que les faits démontrent que « chaque français dispose d’1,5 kg de médicaments dans son armoire à pharmacie », le raccourci est un peu rapide.Mieux encore, elle aurait pu être un tremplin pour la recherche de solutions climatiques plus pertinentes.La séparation des activités de négoce aura peut-être permis aux banques de se recentrer sur leurs activités traditionnelles.Chacun s’y exprime et chacun peut écouter les autres s’y exprimer.Et il en ira de même pour celle-là.Tant pour le délégué général que pour le président de l’Institut de prospective économique du monde méditerranéen, la colocalisation est une idée simple, qui s’articule en quatre volets : abandonner l’approche obsolète qui consiste à considérer les entreprises du Sud comme de simples sous-traitants ; les faire monter en gamme en partageant les savoir-faire et la chaîne de valeur entre entreprises partenaires du Nord et celles du Sud ; (re)devenir compétitif ensemble sur le marché mondial et y (re)conquérir des parts de marché.Ces enjeux tellement structurants pour les entreprises sont-ils compris par les Directions Générales à la hauteur des risques réels ?Premièrement, le rôle des services.Une rupture résulte habituellement d’un choc.L’étape d’après lui a permis de comprendre que « les villes conçues autour des voitures ont, aujourd’hui, un mauvais design.Et que celle-ci est tenue de voter le budget.L’enjeu est de permettre aux collectivités territoriales de se doter d’outils cohérents et pratiques pour promouvoir une nouvelle politique de mobilité à la hauteur des besoins des français.Son de cloche semblable chez les « douaniers », au motif qu’ils n’étaient pas là pour créer de nouveaux droits de propriété intellectuelle.La fusion IR-CSG n’est pas la pierre de touche de la réforme fiscaleSe pose aussi la question du mode de prélèvement.Quant à Antonio Fiori, il défend l’hypothèse d’efficience dans la mesure où, dans les faits, ces bulles sont imprévisibles !

Publicités