Derrière la bataille des programmes d’économie

L’électricité, les automatismes, l’intelligence artificielle, la voiture partagée, sont autant de changements qui bouleversent l’automobile, ses usages et tout le secteur des constructeurs aux conducteurs, des concessionnaires au dépanneurs jusqu’aux assisteurs.Etre en empathie, suppose une proximité pour laisser la place à l’intelligence humaine, une gestion au cas par cas, tant la singularité doit être reconsidérée. Compte-tenu de ses capacités et de son expérience (valeur opérationnelle validée par les Américains dans les Balkans), la France pourrait proposer des recommandations politiques, opérationnelles et techniques en vue de la création d’une telle unité incluant quelques pays aptes et volontaires.Si la question se pose, le problème des « utilities » est plus profond.Cela peut paraître héroïque, néanmoins les chiffres énoncés par l’Agence Internationale de l’énergie montrent que cette réduction était déjà prévisible sans impliquer de nouvelles politiques : du fait de la rapidité de sa croissance économique, la Chine va inévitablement passer à des activités industrielles moins fortes en intensité de carbone.Etre à la pointe lui assure d’être plus compétitif sur le marché et lui permet de mieux répondre aux situations de demandes de crédit en utilisant un système de risque moderne, en créant et utilisant de nouveaux outils.Savez-vous donner des marques de reconnaissance ?A condition, selon Antonio Fiori, que tout le monde participe.En outre, cela oblige les économistes à formuler des jugements de valeur sur les effets distributionnels, qu’il vaut mieux laisser à l’électorat lui-même.Est-elle la somme des individus français ou bien une totalité qui diffère de cette simple somme ?Des économies ont peut en faire évidemment mais qu’il fasse un comparatif avec les énergies fossiles comme nucléaire et çà va vite remettre les pendules à l’heure de la réalité des différents secteurs afin d’avoir une vision globale.Bien idéologique et caricatural.Nos banques, qui tenaient honorablement leur rang à l’échelle mondiale, ne faisaient que suivre et s’adapter aux réalités nouvelles.Et de faire référence aux origines de ce bonheur devenu normatif au travers du marketing et de la société de consommation.