Crise de l’euro : éloge de la dévaluation

Premièrement, le rôle des services.Les parlements conservent toute leur souveraineté » montre toutefois qu’un doute est permis.Si elles acceptent de mettre ces réserves à disposition pour augmenter les salaires, alors on peut être optimistes sur l’impact de l’augmentation de la TVA.Ce directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) ne passe pas à la télévision, n’a pas de site internet dédié, mais fait pourtant partie de ces philosophes reconnus et discutés par leurs pairs.Pourtant, la Fédération bancaire européenne a campé sur ses positions, décrivant les recommandations comme « complètement inutiles ».Pour certains acteurs économiques français, c’est un réseau entier qu’il faut reconstruire suite aux destitutions engagées au cours de l’année 2013. Arnaud de Lummen relève que le niveau de bonheur individuel des français serait donc supérieur à celui des années 70.C’est aussi et surtout la conséquence d’un manque d’anticipation dans une région qui a fait des choix stratégiques risqués et surtout qui n’a pas réussi à s’adapter à la nouvelle donne économique européenne et mondiale.Ou plutôt si, au déclin, qui n’est pas pour autant une fatalité.Cette « lunatic fringe » tient en otage l’ensemble du parti républicain dont elle ne représente pourtant qu’une minorité (4 républicains sur 10 selon un sondage Pew de novembre 2013).Le Web plonge dans l’obscurité les internautes souhaitant faire la lumière sur leurs questions de santé.

Publicités