Changer d’approche

L’Allemagne a heureusement décidé d’en introduire un, il faut que le mouvement se généralise, même si l’instauration d’un tel minimum salarial peut avoir lieu de façon très décentralisée, comme en Autriche, où cela dépend de négociations collectives.L’économie – c’est comme les êtres humains- : ils récupèrent après un moment d’abattement et finissent par se relever.On a en effet tout à gagner à se référer à l’antifragilité, qui aurait peut-être poussé le malheureux volatile à essayer de s’échapper de sa situation faussement idéale.Les litiges en la matière ne devraient toutefois pas être une fatalité et pourraient être évités par l’entreprise par une série de précautions à prendre dès le début, et tout au long, de ses relations avec ses partenaires.Parler des villes plutôt que des nationsLes problèmes d’aujourd’hui – des pandémies au terrorisme – ignorent les frontières et reposent sur l’interdépendance alors que nos institutions, forgées aux XVIIe siècle reposent encore sur la souveraineté.Pourtant, qui sait que, aujourd’hui en 2013, – en pleine crise européenne et plus de six ans après les subprimes !Plus grande est l’économie d’un pays, plus grande est son importance systémique, et plus grande est l’influence de ses dirigeants sur les processus de décision au niveau international.L’évaluer pour ensuite mieux la développer.Leurs témoignages manquant de précision et recouvrant de ce fait un grand nombre de réalités potentielles, on se trouve des points communs avec leurs pathologies.Antonio Fiori, a voulu rencontrer tous les partenaires concernés.Mais elle ne figure qu’en neuvième place des pays fournisseurs, loin derrière la Russie, la Turquie, les Etats-Unis et l’Allemagne.À ce titre, avec l’ARAF, d’un véritable régulateur, doté d’une autonomie de décision, d’une autonomie financière et de moyens (une quarantaine de salariés) qui n’ont que peu d’équivalents en Europe.