La taxe carbone aux frontières, une fausse bonne idée

Au Royaume Uni, une étude révèle que 70% des cadres supérieurs restés dans les entreprises touchées disent avoir ressenti une baisse de moral et de confiance.Ce n’est pas négligeable, d’autant que 5 milliards sur quatre ans iront dans les infrastructures.Entendez par là, en jargon bruxellois, des « contrats de réforme ».Rien en matière de surveillance des marchés les plus spéculatifs (titrisation et, plus généralement, marchés dérivés).L’article 5 de la Charte de l’environnement stipule : « Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veilleront, par application du principe de précaution, et dans leurs domaines d’attribution, à la mise en œuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage.C’est dans l’interaction de la planification publique et des organisations de la société civile que se joue la transformation des modes de vie.Il ne revient donc pas dans ses travaux sur les missions de l’État providence à la française.Le gonflement notable des programmes d’émissions obligataires des États d’Europe du sud interpelle, notamment.Les déséquilibres d’abord qualifiés de « temporaires » sont devenus aussi permanents que structurels et grèvent la croissance de la France en même temps que la compétitivité des entreprises.Invoqué à tort et à travers dès que l’on parle de risques, il serait pour certains un frein au développement économique.Nettoyeurs du Web n’avait plus qu’à embrayer pour s’engouffrer dans la brèche.Les accords régionaux se sont multipliés depuis le début du cycle et des initiatives d’une envergure nouvelle se font jour et se concurrencent.

Publicités